Accueil - Le concept

Le concept

Le concept

01

Qu’est-ce qu’un bilan postural ? En quoi consiste-t-il ?

Le bilan comporte dans un premier temps, une analyse basée sur l’observable de vos caractéristiques morpho-anatomiques (structure squelettique + structure musculaire). Ces caractéristiques peuvent ensuite être associées, à un bilan des préférences motrices, exprimées lorsque vous pratiquez un sport, ou lors des gestes de la vie quotidienne si vous êtes sédentaire.

L’ensemble aboutit à l’obtention d’une cartographie assez précise des forces et faiblesses structurelles de votre squelette et des préférences d’équilibration que votre cerveau met en place pour mobiliser ce squelette. (Approche Morph&PrefⓇ).


De plus en plus utilisées dans le sport de Haut Niveau ces dernières années, les données individuelles permettent aux différents acteurs sportifs, avant même d’affronter leur futur adversaire, d’en connaître les forces et faiblesses.

Par le passé, les données étaient essentiellement tactiques. Des nos jours, elles sont physiques et motrices. On est en capacité de déceler via l’analyse visuelle, les préférences de fonctionnement individuelles propres à chaque sportif : sa manière de bouger, de performer, tout comme de déterminer ses zones de faiblesses, les mouvements qui lui posent problème lorsqu’ils sont mal exécutés. Ainsi, la performance individuelle et collective faiblit lorsque plusieurs sportifs évoluent dans des motricités non adaptées à leur morphologie et à leurs préférences d’équilibration.

Le risque est alors à la fois mental (perte de motivation) et physique, avec majoration du risque de blessure…

02

Quels outils pour le bilan postural en ligne ? Comment le réalise-t-on en ligne ?

1

La Morpho-Anatomie

2

Les préférences motrices et cognitives

L’analyse morpho-anatomique permet de déterminer les rapports de Force entre le tronc, les membres inférieurs et supérieurs.

Il s’agit d’observer les os qui constituent le squelette de chacun et les muscles qui le tapissent. Ce squelette présente des évidences, des déterminants qui vont impacter directement l’équilibre de la structure et sa biomécanique.
A titre d’exemple, certains ont un tronc court sur des membres inférieurs longs, d’autres, à l’inverse, ont un tronc long sur des membres inférieurs courts. Autre exemple, le fait que le Fémur (os de la cuisse) soit long comparativement au couple Tibia-Péroné (os de la jambe), n’engendrera pas la même contrainte sur le genou que si l’inverse est observé (Tibia-Péroné plus longs que le Fémur).
L’analyse Morphologique est associée à celle des angulations articulaires aboutissant à l’analyse BIOMECANIQUE globale. La biomécanique scrute le comportement potentiel de la structure osseuse dans le mouvement : répartition des masses (tête + tronc + bassin) sur les appuis plantaires au sol via les membres inférieurs.

Couplé à la Morpho-Anatomie, sera pris en compte l’observable des désaxations articulaires telles que: des genoux de type Valgum, en forme de « X » ou de type Varum, en forme de parenthèses « () ». Des pieds de type pronateurs ou supinateurs, des rotules qui convergent ou divergent, un bassin, une ligne d’épaules désaxée, une scoliose et ses répercussions, etc. Tout ce qui pourra engendrer une instabilité potentielle et qui fait l’unicité de votre posture. Les contraintes ostéo-articulaires seront différentes selon les individus. Une fois analysé la structure, il convient d’observer comment elle bouge dans son environnement…

schema du corps 01 schema du corps 02

Votre système de survie au service de votre performance
Musclez vos préférences, terrien ou aérien

Elles peuvent se résumer selon la formule suivante :

Dans un environnement changeant en permanence, quelles sont les préférences que mon cerveau met en place, pour utiliser le plus efficacement possible sa structure musculo - squelettique qu’il n’a pas choisie?
Le chef d’orchestre du mouvement, est votre Système Nerveux Central (ensemble cerveau + moelle épinière).
Ce dernier reçoit en permanence des informations de son milieu interne (capteurs musculaires, tendineux, articulaires, oreille interne, etc) et du milieu externe : son environnement.
Grâce à ces capteurs, il tente d’adapter au mieux sa gestuelle pour la rendre efficace, économe et durable.
Si l’humain est capable de tout faire, il a depuis sa vie intra-utérine, développé des préférences de fonctionnement. Elles sont énergétiques, d’équilibration, de fonctionnement musculaire, de perception visuelle, de main, de pied, etc…

Cela lui permet d’accéder rapidement à une réponse motrice en fonction des stimuli.
Il n’existe pas de bonne réponse type, de bonne gestuelle idéale pour tous. La bonne réponse est propre à chacun et est dépendante de préférences cognitives individuelles non héréditaires. Cependant, l’environnement contraint parfois la personne à bouger, à exprimer une motricité différente de celle dominante qui, si cela perdure, peut la conduire à la blessure, du fait d’une fatigabilité neuromusculaire accrue.
Exemple : un droitier peut occasionnellement utiliser sa main gauche, pour réaliser des gestes simples de son quotidien qui ne requièrent pas de précision. Cela présente l’avantage par exemple de reposer sa main droite dominante, et de répondre favorablement à un besoin où la main gauche est plus facilement accessible.
En revanche, si le geste exige précision, durabilité ou répétition, les contraintes, nerveuses, musculaires et articulaires vont être exponentielles !
Chacun aura une plus ou moins grande faculté à évoluer dans un schéma moteur qui n’est pas naturel pour lui, s’exposant ainsi plus ou moins rapidement à la blessure.
Le Système nerveux utilise de multiples chaînes musculaires qui tapissent notre corps (ensemble de muscles fonctionnant ensemble dans le but de produire un certain type de mouvement) pour se déplacer et se stabiliser dans l’action.

Bouger suppose de créer un déséquilibre corporel dans l’espace autour de soi, en vue d’amorcer le mouvement. Pour se stabiliser le cerveau pioche parmi de multiples chaînes musculaires selon ses besoins, mais privilégie certaines d’entre elles, avec lesquelles il a développé un « câblage » préférentiel. Même si encore une fois, l’humain peut tout faire, il n’en est pas moins vrai que certains s’équilibrent mieux dans leur espace arrière, d’autres dans leur espace avant.
Certains seront plus stables à gauche, d’autres plus stables à droite.
Parfois, ce sera principalement les masses dites hautes (tête et épaules) qui tomberont vers l’avant pour bouger, pendant que d’autres, bougeront la masse dite basse, en l'occurrence le bassin, basculant le tronc sur l’arrière.
Vous l’aurez compris, il existe une multitude de motricités différentes, qui sont pour la plupart observables à l’œil nu.
La combinaison de toutes les motricités associées à tous les types de morpho-anatomie, rend chaque personne unique dans son apparence et sa manière de bouger.
L’objectif final : comprendre comment le cerveau et plus globalement le système nerveux mobilise la structure qui le véhicule, tel un pilote qui aurait besoin de comprendre comment fonctionne sa voiture…
Utilisées dans le Sport de Haut Niveau depuis plus de 20 ans, déterminer ses préférences, permet à chacun, d’être certain d’utiliser tout son potentiel, qu’il soit physique ou cognitif, grâce à la mise en évidence du mode de fonctionnement qui lui est propre

schema du corps 04 schema du corps 04

Votre système de survie au service de votre performance
Musclez vos préférences, terrien ou aérien